Ville de Capendu
Bienvenue
Calendrier
Météo

Météo à Capendu

15 °C / Ensoleillé
Vent: O de 18 km/h
Humidité: 63%
Auj
13/26 °C
Lun
14/28 °C
Mar
15/27 °C
Mer
18/31 °C
1907 à Capendu

 Un peu d’histoire : 1907 à Capendu
...................................................................................................................

Chacun connaît les causes qui provoquèrent la crise de 1907 dans les départements viticoles du Midi et les événements qui s’ensuivirent. Nous ne les exposerons pas ici ; nous nous bornerons à évoquer la manière dont ils furent vécus dans notre village.
Déjà en 1904, la baisse des salaires avait poussé les ouvriers agricoles organisés en syndicats à manifester leur mécontentement, et si, à Capendu –où selon un document on compte 177 syndiqués en 1904 - les conflits entre les propriétaires et leurs ouvriers « ont pu être solutionnés à l’amiable, sans grève ni arbitrage » ce ne fut pas le cas dans d’autres villages.
Jour après jour, la misère s’aggrave. Le 23 mai 1905, les élus municipaux décident unanimement « la suppression des réjouissances [ordinairement inscrites au programme du 14 juillet] en raison de la crise lamentable qui sévit sur la région. Seule aura lieu la distribution de bons de viande aux indigents ».

 Printemps 1907
...................................................................................................................

Un comité de défense viticole se met en place. Présidé par Pierre Bénazeth, il se compose de : Antoine Peyre, Hubert Combescure, Julien Tallavignes, Jean Calmet, Jules Gerva, Léon Déchambe, Planel, Eugène Vaichère et Alexandre Marchand. C’est à sa demande que le conseil municipal vote une somme de 200 francs « pour permettre d’envoyer au meeting de Carcassonne et aux meetings à venir, les indigents de la commune qui tiendront à s’y rendre ».
On ne sait pas s’ils furent nombreux, les « indigents » et les autres Capenduciens à défiler à Carcassonne, à Nîmes, à Béziers derrière la pancarte « Mort aux fraudeurs ! » mais les journaux de l’époque signalent leur présence dans les différents rassemblements. Afin d’aider celles et ceux qui souhaitent faire le voyage de Montpellier où doit se tenir un grand meeting le 9 juin, le conseil municipal unanime vote une subvention de 1500 francs, le 4 juin.
Obéissant à la consigne donnée par Marcellin Albert, le conseil municipal tout entier, y compris le sénateur- maire Auguste Barbaza qui fait connaître sa décision par télégramme envoyé de Paris, démissionne le 11 juin.
 
Dans le village la colère gronde, la protestation se fait plus rude. La mairie est fermée et « les clés sont envoyées à la préfecture sous pli recommandé, l’écharpe tricolore est brûlée solennellement sur la place publique » tandis qu’est hissé le drapeau noir.

 Juillet 1907
...................................................................................................................

Un mois plus tard, en juillet donc, la tournure prise par les événements divise les élus municipaux. Certains retirent leur démission au motif que, après le vote des lois sur le mouillage et le sucrage des vins par les deux Chambres ( lois du 29 juin), il n’y pas lieu de continuer à manifester. Telle est la position de J.Marchand et d’A. Escudié. Le premier suspecte le Comité d’Argeliers d’être « patronné et conseillé par certains bonnets réactionnaires ou leaders de la Calotte… » Son collègue, A.Escudié, pense que « s’obstiner comme un enfant boudeur dans une retraite impuissante, c’est faire le jeu de la réaction et du cléricalisme ». Quant au sénateur Barbaza, il retire sa démission début août.(son télégramme adressé au préfet depuis Vichy est daté du 3 août)
 Par contre, P.Saury, A.Peyre, P.Bénazeth, B.Castans, M.Barbaza et P.Delmas confirment la leur, ce qui rendra obligatoire une élection municipale partielle.
Elle aura lieu le 13 octobre 1907. Les six conseillers démissionnaires sont élus, même P.Saury, qui n’était pas candidat.
Tout semble rentré dans l’ordre.

                                                                 Jean Raffanel

Sources : Archives départementales de l’Aude. Archives communales de Capendu.
Le Tocsin 2007. Conseil général de l’Aude n° 3 du 6 juin 2007. 1907 : La révolte des vignerons. Félix Napo. Privat, 1971.